IHP journée bitcoin blockchain

bitcoin-blockchain invitation

IHP INTERVENTION 16 NOV2016 bitcoin blockchain

INSTITUT HENRI POINCARE
Journée bitcoin /
blockchain
16 novembre 2016

Jean-François SERVAL intervient sur

Les usages Monétaires :

caractéristiques nécessaires d’un étalon

  1. La nécessité d’un étalon
  2. Les caractéristiques nécessaires d’un étalon
  3. a) la stabilité
  4. b) l’universalité
  5. c) La Praticité et l’inviolabilité
  6. La blockchain une contribution possible à la sécurité du

     suivi de l’étalon et à son inviolabilité – l’inverse de

     l’anonymat ?

  1. L’Usage Monétaire : Les caractéristiques nécessaires.

Voyez plus des détails sur son intervention dans la médiathèque.

January 27th conference and call to promote the “M6 Initiative”

PRESS RELEASE – COMMUNIQUE DE PRESSE

“The Monetary System – Analysis and New Approaches to Regulation”

The conference held on January 27th on the book published by Wiley, attracted a large audience. Attendees included the senior executives from the AMF, the Banque de France, Europlace, the EIFR, major companies and banks, private equity groups, as well as economists, lawyers, etc.

The law firm Jeantet&Associés hosted the event which was co-organized with the French American Foundation, and was moderated by Agefi. Mrs. Loraine Donnedieu de Vabres, Partner of Jeantet, opened the session. She delivered a message from Mrs. Christine Lagarde, who wrote the foreword of the previous book “la monnaie virtuelle qui nous fait vivre”.

The authors, Jean-François Serval and Jean-Pascal Tranié shared the stage with the Agefi journalist, Laurent Chemineau. Mr. Tranié commented statistics showing how the financial world has become disconnected from the real world, leading to the need for other aggregates than those based on central bank money (M1+M2+M3). Mr. Serval developed how M5 (a new concept) would encompass the circulating exchange means of the entire world.

As the authors’ thesis is that all financial companies have to be taken in statistics, the debate came to the Fair Value topic. Xavier Musca, former head of the French Treasury, expressed a positive interest for the authors’ view of apprehending the financial world globally. He added that the question of Fair Value of financial instruments on portfolios was mostly for banks and that certainly there was an issue of volatility. Mr. Musca was interested to understand more about the feasibility of the project and if it would be able to provide granular analysis about the real time localization of money flows.

Messrs. Serval and Tranié answered that despite technical obstacles (such as the identification of holders as detainees and as actors – not as individuals with IBANs, but rather as enterprises with LEI) it seems possible to handle the billions of data necessary for this purpose. Nevertheless, specific issues will need to be addressed, for example to assess local impact of companies, acting in several countries but representing one single risk.

Several other interesting questions were raised by the audience in particular from Guillaume Hannezo, and answered by the authors covering the topic of Quantitative Easing and what could be done to save the system.

As a final statement, a call was made to create an association in order to promote the adoption of M5 and M6 by international institutions (the “M6 initiative”). Individual supports and contributions for this task will be highly welcome.

Several other conferences will be organized in Paris, London, New York and Singapore. Please write to aschwarz@groupeaudit.eu if you wish to attend one of them and/or want to support the “M6 initiative”.

Tagged

The monetary system – An important guide to how money works and a new model for financial health

The recent global financial crisis raised questions on how to balance actions based on short-term decision making against the uncertainty of impending long-term change in the economic environment. The Monetary System outlines the conceptual basis required to build a new and more stable financial system, paving the way for a fiscal policy model that places emphasis on rotation rather than on inventories of financial instruments that would result in improved tax policies.

In this important text, Jean-François Serval and Jean-Pascal Tranié explore the historical context of money and reveal how transactions work in today’s global economic environment. The Monetary System is a compelling work that answers a number of key questions about our current financial situation: What underpinning of democratic society facilitated a transition to the economic realities of today? What were the major drivers that characterized the current economic impasse? How can one forecast future trends? What can be done to “fix” the present economic system?

Based on exhaustive research, the book offers an overview of the present economic situation throughout the world that is defined by slow growth, rising debts, and low inflation. The authors envision a healthy economic future and put forward a new model for the global economy.

 OTHER COMMENT

The Monetary System is a comprehensive resource that gives banking professionals, as well as others interested in the topic, keen insight into our current economic situation and offers an understanding of the factors that can help shape a sound financial future.

The Monetary System offers a clear understanding of how the world financial system works and addresses a number of key issues facing today’s society. Because of increased life expectancy and longer retirement periods the new social pattern we live in requires the development of new money policies by governments. This book outlines the conceptual basis required to build a new and more stable financial system, paving the way for new fiscal policy.

Jean-François Serval and Jean-Pascal Tranié provide an in-depth analysis of the definition of money and show how money operates both in a historical context and within complex modern day transactions. The authors take a courageous and controversial stance in presenting the con­temporary implementation of money as a social contract, governed by laws and regulations set by our culture. Serval and Tranié present an analytic approach that distinguishes those financial instruments that are freely transferable and those that can be classified as securitization and CDS.

The book suggests a new model that aggregates the M5 category encompassing all financial instruments including cash from the Central Bank. In essence, all receivables that are in counterparty relationships are recorded as debts on balance sheets, the M6 entry being the total of balance sheets from where the data has to be collected to compare them with revenues. By employing derivatives of M5 and M6, the book covers all underlying collateral classes, thus allowing a type of comprehensive economic modeling that is innovative in its approach.

Additionally, Serval and Tranié reveal the social role of monetary contracts not only because they are grounding exchanges as it has always been in the past but because it is a sampling tool for redistribution between actors includ­ing “sectors” through taxation, inflation, and deflation and finally between generations.

The Monetary System offers bankers and anyone else concerned with today’s global economic condition an understanding of the key distinguishing factors that can help shape a financially stable future.

Un guide essentiel pour comprendre comment la monnaie circule et la proposition d’un modèle nouveau servant à créer un système financier mieux stabilisé que l’actuel.

La récente crise financière pose la question de savoir comment compenser l’effet de comportements « court-termistes » qui mettent en cause la satisfaction des besoins à long terme  de transformation  des infrastructures qui sont nécessaires au développement des économies.

« Le Système Monétaire » pose les bases conceptuelles nécessaires à la construction d’un système plus stable que celui existant, ouvrant ainsi la voie à la construction d’un modèle de politique économique qui donne une place centrale à la notion de rotation des instruments monétaires  qui conduira mécaniquement à des  politiques économiques plus adaptée– plutôt  qu’a une approche statique basée sur celle de leur inventaire

Dans cet important travail, Jean-François Serval et Jean-Pascal Tranié explorent l’environnement historique  de la monnaie et décrivent comment elle opère dans son environnement globalisé d’aujourd’hui. Le « Système Monétaire » constitue une percée qui répond à des questions fondamentales sur notre situation financière contemporaine : Qu’est-ce qui a fait que les données de nos sociétés démocratiques  ont entrainé une création monétaire incontrôlée ?  Quelles ont été les facteurs principaux de cette évolution et comment expliquent  t- on  l’impasse actuelle ? Comment peut-on prévoir l’évolution future ?  Comment peut-on « réparer » le système actuel ?

Grâce à des recherches approfondies, l’ouvrage propose une vision globale de la situation actuelle à travers le monde qui est caractérisée par une croissance économique ralentie, la croissance des dettes et peu d’inflation. Les auteurs proposent un modèle organisationnel nouveau  susceptible de s’appliquer à l’ensemble de l’économie et d’en permettre l’assainissement.

The « Système Monétaire » fournit au lecteur, banquier, réviseur, conseiller financier, ou législateur ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent à ce thème une analyse profonde de la situation économique actuelle et propose une vision des facteurs de causalité susceptible d’aider à la construction  pour l’avenir d’un dispositif financier plus solide que le système actuel.

Le bitcoin, une nouvelle monnaie avec des qualités et défauts

D’une valeur de 10 euros début 2013 à plus de 580 euros (800 dollars) en fin d’année, le bitcoin est devenu un sujet de « buzz » monétaire. Ce n’est pas sans raisons car l’innovation qu’il apporte mérite d’être soulignée : c’est la première monnaie grand public dont le support est uniquement numérique et dématérialisé, en ligne avec les nouveaux usages des jeunes générations. Qui plus est, la plupart des banques centrales qui émettent et contrôlent les unités de compte (dollars, euros, ou autres…) se sont crues obligées d’émettre des notes sur les dangers du bitcoin, légitimant par là son importance. L’enjeu financier semble de second ordre : avec un maximum de 21 millions de bitcoins à émettre, ceci ne représente qu’un petit milliard d’euros de valorisation au cours actuel. Mais, au-delà du souci accru d’anticipation depuis la crise de 2007, la réactivité de ces institutions reflète la détection d’une menace sur l’avenir des banques centrales placées de facto dans une situation de concurrence avec la création de monnaies parallèles.

Le bitcoin répond aux critères traditionnels d’une monnaie dont la réalité se mesure par la satisfaction de besoins d’usage : unité de compte, intermédiaire des échanges, réserve de pouvoir d’achat. Le bitcoin incarne aussi, malgré un succès relatif, une forme de révolte du public à l’égard des monnaies étatiques, en apportant un souffle de liberté qui ne semble pas peser sur la sécurité indispensable du modèle. Le bitcoin est par nature indépendant des banques centrales qui doivent rendre des comptes pour satisfaire les besoins monétaires de leurs économies nationales. Les décisions monétaires, qui échappent au public, relèvent de plus en plus de mécanismes complexes transnationaux et de règles comptables obscures applicables aux établissements financiers et aux assurances.

La formule du bitcoin, innovation technique habile qui répond aux faiblesses criantes et dangereuses du système actuel, est un avertissement sur l’absence de réflexion quant aux besoins monétaires, insuffisamment couverts par le droit international en vigueur. La réglementation de l’usage des dollars et notamment des instruments financiers libellés en dollars en dehors de l’espace monétaire américain, constitue un sujet épineux. La « digitalisation » de l’économie change les dimensions de l’espace et du problème. L’usage de la monnaie reste cependant un fait juridique différent de la monnaie elle-même. L’anonymat du bitcoin, si fiable les transactions soient- elles, ne légitime pas pour autant le financement d’opérations illicites et répréhensibles au niveau des Etats (activités criminelles, comportements oligopolistiques, blan- chiment…). Pour le moment, le dispositif juridique pour en contrôler l’usage n’existe pas en dehors des sorties territoriales de certains Etats et soulève des conflits de souveraineté (comme les procédures de discoveries du droit américain).

Les banques centrales, les institutions démocratiques qui auraient dû les contrôler et ne l’ont pas fait, et les hommes politiques n’ont pas perçu la généralisation monétaire et la perte de souveraineté qu’elle entraînait. Au contraire, tous ont contribué à encourager une distribution débridée de crédits et d’instruments quasi monétaires mettant en péril le système financier dont le système bancaire. La réalité de la crise les a obligés à une intervention tardive postérieure à l’évènement. L’émergence du bitcoin s’inscrit dans ce défaut de préséance dont le rôle n’appartient pas aux institutions préétablies. La question de la monnaie va au-delà du respect des lois nationales et c’est la deuxième difficulté soulevée par le bitcoin. En effet, la monnaie est le poumon de l’économie et la confiance des agents économiques envers elle, sans laquelle le système transactionnel risque l’implosion, exige un garant de dernier recours. C’est la raison pour laquelle les Etats n’ont pas eu d’autres choix que de soutenir massivement le système bancaire dans la crise de 2008. Dans le cas du bitcoin, il n’y a pas de tel garant. Le bitcoin n’est pas la dernière tentative de monnaie virtuelle, et les institutions internationales (notamment le G20 et le Fonds monétaire international) devraient engager une réflexion sur un nouveau droit international en la matière. En attendant, les usagers du bitcoin prennent des risques inconnus s’ils y voient pour eux autre chose qu’une spéculation que leurs moyens financiers leur permettent.